Logo de l'académie

Accueil > La vie de l’établissement > Activités culturelles > Rencontre avec l’artiste Ted Nomad

Rencontre avec l’artiste Ted Nomad

jeudi 30 janvier 2020, par M. Bonnaud

Les élèves qui suivent le projet contre le racisme « Joséphine Baker », dans le cadre de l’option Littérature et Société ont reçu la visite de Ted Nomad, « street artiste » mâconnais et ancien élève de Bréart.

Ils ont pu échanger avec lui sur son activité artistique et son engagement contre les dysfonctionnements de la société, notamment le racisme. D’autres noms fameux du « street art » ont été également évoqués avec leur contribution au sein de ce mouvement artistique.

Un portrait de l’invité a été réalisé par Mohamed Bouabane, professeur de Lettres modernes et initiateur du projet contre le racisme « Joséphine Baker ».

« Sous l’influence de la culture punk, Ted Nomad a vécu dans la rue et sentait l’envie de provoquer car il était sous l’effet de la révolte.

Il a beaucoup voyagé en découvrant l’Europe et le continent africain : c’est pour lui « un enrichissement culturel ». On est passé d’une démarche provocatrice à une démarche artistique, plus réfléchie, plus consciencieuse. Il est spécialisé dans les portraits : street artiste portraitiste. On peut découvrir plusieurs portraits à Pont-de-Vaux.

Le street-artiste peut contribuer à apporter une plus-value à quelque chose comme une façade qui se dégrade. Ted Nomad a participé en œuvrant à Street City : soit une œuvre d’une hauteur de quatre étages. Le plus dur travail est de découper à la main et avec un cutter le pochoir. C’est une catégorie à part qu’on nomme « le street-art XXL ». L’artiste est élevé par des nacelles.

Ses couleurs favorites sont le noir et le blanc. Il pense moins bien manier les couleurs.

Ce qui le fascine et donc ce qu’il préfère, c’est se concentrer sur l’humain. Aussi, il pense que de cette façon, le spectateur peut s’approprier l’œuvre. »

Ted Nomad est un artiste engagé car profondément humaniste. Un engagement malgré lui, qui n’est pas réfléchi. Ce qu’il recherche, et telle est l’éthique de son art, c’est précisément faire partager des valeurs de justice et d’égalité, jugées fondamentales.

Selon Ted Nomad, le street artiste est engagé intrinsèquement puisque c’est l’expression d’un anti-art contemporain (jugé trop intellectualisant).

Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est de créer des œuvres, des portraits avec une diversité absolue : mélange de sexes, de plusieurs générations …

L’intervention s’est terminée par une démonstration du pochoir monocouche accompagné de plusieurs bombes aérosols. Ted Nomad a réalisé le portrait d’un enfant noir pour interroger les discriminations voire le racisme.


Portfolio